Rdc/Province: Richard Muyej, le grand architecte de l’univers de Lualaba

Le gouverneur Richard Muyej Mangez Manse est entrain de construire, baliser le chemin du développement solide et durable de sa province de Lualaba conformément à la vision programme de son élection à la tête de la province. Cela rentre dans le cadre des objectifs du millénaire durable « OMD ». Les fondamentaux (cadre politico-administratif, juridique et infrastructures de base) étant posés. De cette viabilité, tous les entrepreneurs se bousculent au portillon de la province de Lualaba pour investir. La dernière en date est une société qui compte produire du ciment au Lualaba.

Benjamin Mugisho

Le leadership du gouverneur Richard Muwej organise la province de manière à ce que l’exploitation des minerais « cobalt, cuivre etc. » apporte le développement dans ce coin du pays. Un management incitatif. L’exemple vient d‘en haut. Le gouv’ ne dort presque pas sous ses lauriers. Ce qui fait que la vice-gouverneur Fifi Masuka suive la dynamique en jouant à l’avant gardisme.

 Le Lualaba est l’une de provinces si pas la première province de la Rdc de l’ère du président d’alternance où les grands travaux de développement s’exécutent tout le jour avec succès. Les entreprises s’installent dans cette partie de Rdc chaque jour qui passe. Des constructions des immeubles publics (hôtel du gouvernement provincial, siège de l’assemblée provinciale) et  des immeubles privés, villas, hôtels, restaurants, etc. une visibilité d’un environnement et de climat d’affaires sain, à toile de fond une activité économique dense. Les avions font des va et viens. Signe d’une viabilité.

Cependant, l’agriculture occupe une place de choix dans son programme d’action et de développement. Une priorité des priorités. Il compte développer une agriculture moderne pour redynamiser la production. Les matériels neufs (engins, tracteurs etc.) ont été mis à contribution. L’agriculture se veut donc être l’une des sources des revenues propres de la province qui contribuent au budget aussi bien provincial que national. Cela s’inscrit dans le cadre d’appel du président de la République pour que la terre prenne la revanche sur le sous-sol. L’exécutif provincial n’a pas attendus un seul instant du président de la République pour orientation. Il s’y attèle. La culture de maïs se développe. Une réponse à la demande criante de la population depuis un certain temps.  Ce projet va s’exécuter sur 9000 hectares dans toute l’étendue du territoire de Lualaba. Reparti en raison de 3000 hectares de culture pour le site de Kando, situé au sud, à 70 km de la ville de Kolwezi. Noter que ces hectares sont cultivés dans le cadre d’un partenariat public – privé.  

La première récolte de maïs de la campagne agricole 2019-2020 est intervenue officiellement à la satisfaction de tous.

Il y a, en outre, le plan vert, un autre chapitre de ce programme de développement de Lualaba. Ce grand chapitre du programme Muyej, lancé, qui d’ailleurs est en marche, vise à changer l’histoire de la province. R.M connait parfaitement cette province. C’est ainsi qu’il active ici et là des options pour la sortir des situations préoccupantes. L’un des objectifs de R.M est de faire du Lualaba un poumon économique de la Rdc. Il met à la disposition de la province premièrement un personnel politique de qualité. L’idéal d’une province pilote en matière de production économique doit faire son chemin. Offrir à ses habitants des revenus qui permettent de vivre décemment. Une province participant significativement au budget de l’Etat. Ce nouveau leadership est à la base des résultats obtenus jusqu’ici. La province fait son entré dans le cercle des trois provinces pourvoyeurs des recettes publiques de l’Etat. La campagne agricole 2019 – 2020, par ailleurs, poursuit sa trajectoire. Elle accompagne les agriculteurs de 5 territoires du Lualaba pour l’autosuffisance alimentaire. 5 hectares environ sont en train d’être cultivé sous la coordination du gouvernement provincial. Ce-dernier passe au-devant de la scène pour montrer l’exemple à ses administrés. Une évaluation est prévue à la fin de la campagne.

Le cout des baguettes magique de R.M sort la province de sa dépendance à la production minière. La redynamisation du secteur agricole et touristique a permis à contrecarrer la crise alimentaire mais et de booster l’économie locale. Un appel lancé à cet effet aux agriculteurs disséminés dans les territoires de revenir à leurs activités que les opérateurs miniers diversifient leurs investissements.

L’histoire retiendra de Richard Muwej d’être le tout premier gouverneur de la Lualaba, le bâtisseur, celui qui a sorti des terres à la manière du Roi Salomon les grandes infrastructures de la province.

Tout cela se fait en parfait union d’actions avec la vice-gouverneur, Fifi Masuka comme qui dirait derrière un grand homme se cache une grande dame. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *