Rdc/politique: Vital Kamerhe, Le Messi est de retour aux affaires!


Le président honoraire de l’assemblée nationale de la première législature de la troisième République et président de l’Union pour la Nation congolaise « Unc », Vital Kamerhe Lwakaningini retourne en force au devant de la scène politique en République démocratique du Congo. C’est à l’issue des élections du 30 décembre 2018 qu’il a réalisé la plus grande distinction avec 86,832 de suffrages exprimés en sa faveur aux législatives nationales dans la circonscription de Bukavu- ville, dans la province du sud-kivu. Par ailleurs, sa coalition avec Félix Tshisekedi après leur retrait de l’accord de Génève, a payé et le propulse au poste de directeur de cabinet du chef de l’Etat

Par Julien Ntabaza

C’est un Vital Kamerhe Lwakaningini serein, confiant dans le changement. Un amoureux du travail bien fait. Il croit en l’avenir de la Rdc. Comme tout visionnaire, il est souvent mal compris par l’opinion. C’est longtemps après coup que cette dernière lui donne raison. Lors du dialogue politique de la cité de l’union africain sa participation a aidé le pays dans la recherche des solutions idoines pour stabiliser le processus démocratique dans le pays. Pourtant, ses prises de position avaient froisser certaines susceptibilités. Mais Kamerhe sait tenir bon. Toujours entouré de ses principaux collaborateurs à savoir du députés national et secrétaire général, Jean-Baudouin Mayo Mambeke, de l’interfédéral de Kinshasa, Molendo Sakombi (Noble), du député provincial, Jolino Makelele, des communicateurs du parti, notamment Sele yema etc. qui l’ont accompagné jusqu’à son retour sur la scène.

Ce retour impose de grands sacrifices au directeur de cabinet du chef de l’Etat pour réussir à marquer ce mandat d’une empreinte de succès. Car, le «cach» : udps, unc et alliés, n’a gagné que l’élection présidentielle. Les législatives nationales ont été largement remportées par le Front commun pour le Congo (FCC) du président sortant, Joseph Kabila. C’est constitutionnellement lui qui contrôle l’exécutif. Il faudra donc beaucoup de tact pour le Dircab du chef de l’Etat pour gérer soit la cohabitation, soit la coalition avec le FCC qui n’a pas la même vision sociale que le parti du président Tshisekedi. C’est ce camp que l’Udps a combattu et dont elle a toujours critiqué la gestion. Quand on sait que deux personnes ne peuvent pas marcher ensemble sans être d’accord, la tâche s’annonce ardue pour l’équipe du président de la République. Son Cach n’a pas la majorité parlementaire pour sortir un premier ministre devant matérialiser le projet de société pour lequel les Congolais ont élu Félix Tshisekedi. En face, il y a le front commun pour le Congo « Fcc » disposant de cette majorité. C’est donc au sein d’elle selon la constitution de la République sauf évolution ou changement de dernières minutes que devrait sortir un premier ministre pour gouverner le pays.

Une coalition ou une cohabitation s’impose entre le Cach et le FCC pour gérer ensemble le pays. Cela implique l’élaboration d’un programme d’action du gouvernement que le premier ministre va appliquer. Pour Antoine Ghonda Mangalibi, l’élu de madimba dans le Kongo central, pour le compte du Fcc : « nous allons travailler ensemble comme il nous a été demandé par l’autorité morale Joseph Kabila dans son dernier discours d’avant la passation du pouvoir ». il s’agit là juste de travailler pour le Congo et son peuple. Et de souligner que le président Joseph Kabila a dit lui-même être disponible pour prêter main forte à son frère le président, Félix Tshisekedi quand il en aura besoin.

Le gros du travail revient à Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président de la République. Lui, qui a la maîtrise du Congo, de la politique et des ses richesses et ou de ressources, des hommes et des femmes, de l’expérience de gestion des institutions que beaucoup au sein de son cabinet n’ont pas. Avec son carnet d’adresse très riche aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur. Il entretien de bonnes relations avec les dirigeants des neuf pays qui entourent la Rdc. Au niveau de l’Assemblée nationale où il a assumé le dernier poste politique de président, les agents et cadres ainsi que le personnel politique le qualifie de Messi de la politique en Rdc. On peut donc compter sur Kamerhe pour parrier sur le succès du mandat de Félix Antoine Tshisekedi à la présidence de la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *