Soutenance publique d’une thèse de doctorat intitulé : « communication interculturelle, une discipline scientifique » DAVID PATA LANCE LE DEBAT!


L’auteur de cet ouvrage est le docteur professeur David Pata Kiantwadi. Il affirme que la communication interculturelle, une discipline scientifique est le résultat d’une étude menée dans la société congolaise plus précisément dans la ville de Kinshasa, une société des plus multiethniques d’Afrique.


Par Julien Ntabaza
En effet, cette étude élaborée à l’université de corse en Françe, réalisée dans le temps et dans l’espace durant la période allant de 2014 à 2018 pour la société congolaise, kinoise particulièrement, est un document de 701 pages, paru aux éditions universitaires européennes. L’objectif est de comprendre les mécanismes par lesquels les cultures ethniques sont transmises au sein des organisations modernes. Selon le professeur MPata, les résultats tirés de cette étude révèlent que la société congolaise est constituée des pratiques communicatives dysphoriques et euphoriques qui influent sur les comportements de ses membres en termes de cadre primaire, diversité culturelle, rite communautaire (lien rituel), discours conflictuel et paysage culturel (scape).

Il faut dire que deux champs empiriques ont été explorés dans ce travail. Il s’agit premièrement de la société en générale(niveau macro-social) et deuxièmement des organisations y émergeants (niveau microsocial).

Pour ce qui est du niveau macro-social, le travail a examiné les événements historiques à valeur communicative selon l’approche ethnographique de Dell Hymes (1982), Françoise Albertini (2006) et de Paul Rasse (2006), laquelle a permis d’analyser les événements de l’histoire du pays et la manière dont ils fonctionnent.

Quant au niveau microsocial, la recherche a démontré que les pratiques culturelles sont véhiculés à travers les aspects du comportement organisationnel tels que la structure informelle, le climat organisationnel, la culture d’entreprise, le recrutement du personnel et la motivation sociale au travail. Ces différents cadres (perceptif et organisationnel) ont prouvé leur capacité de transmettre les cultures ethniques d’une société à l’autre et révèlent de nouvelles formes de communication (communication tangentielle ou asymptotique, communication euphorique convergente, communication dysphorique convergente, communication euphorique divergente et communication dysphorique divergente), des effondrements des traits culturels et des identités ethniques (métamorphose) et d’autres concepts spécifiques liés à l’ analyse de communication interculturelle dans les événements sociaux tels que le « radio spectateur», « le specta-neutra », « le culinoscape », « le musico-scape », « l’éthique-scape » et leur rôle dans le déroulement desdits événements. A cela, il faut ajouter les ethno composantes qui sont à la base des pratiques communicatives observés (l’ethno-structure, ethno-étranger, ethno- emploi, ethno-mythe, ethno-valeur et ethno-justice).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *