RDC/MALADIE A VIRUS EBOLA:MUYEMBE TOURNE L’ÉPISODE SUITE ET FIN!

Quand l’élève est prêt le maître apparait, dit-on. C’est le cas avec la maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (élève), qui, avant la désignation du docteur Muyembe (maître) pour mener une offensive en vue de son élimination, s’amusait avec des vies de paisible citoyens. Des milliers de morts enregistrés. Le maître (docteur Muyumbe) apparaît. Finie la récréation ! A bas Ebola, les solutions sont trouvées.

Par la Rédaction

La maladie à virus Ebola avait atteint des proportions inquiétantes, à telle enseigne qu’elle ne laissait personne indifférente en RDC comme dans le monde entier. Cependant, l’homme, le Docteur Olly Ilunga, de surcroît ministre de la Santé, commis à la tâche de combattre ce fléau, en avait abusé. Mû par son devoir de garant de la Nation et par la compassion pour son peuple, le président de la République Félix Tshisekedi a fini par en avoir marre. Il a décidé de passer la gestion de cette épidémie à la personne qu’il faut, personne ressource, le docteur professeur Muyembe Tamfum qui n’a pas hésité un seul instant de répondre favorablement à cet appel.

Depuis, il n’a ménagé aucun effort pour descendre dans les territoires de l’est du pays frappés de plein fouet par cette épidémie. Il a vite mis en place un plan opérationnel qu’il applique des mains de maître, tel un commando au front avec ses hommes des troupes, armes à la main. En un temps record, les fruits de son travail, sans rentrer dans les statistiques, sont déjà visibles et palpables. L’on n’enregistre plus des morts comme ce fut le cas il y a peu. Des soins de qualité sont donnés aux personnes affectés et des mécanismes des soins et protection installés partout de manière à permettre aux populations de prévenir la maladie.

Résolument engagé à corriger les ratés, le Dr Muyembe Tamfum s’emploie à écrire, de la plus belle manière, une autre page de l’histoire de cette épidémie. Ça pourra être l’épisode suite et fin de la saga de la maladie à virus Ebola en RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *