Revêtir Kinshasa de sa plus belle robe : LE TANDEM NGOBILA – MBUNGU PLANTE LE DÉCOR!


La transformation de la ville province de Kinshasa à ce jour, passe par le programme visionnaire et les idées novatrices du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny NGOBILA MBAKA (lui qui est l’élu de Dieu) avec la complicité du vice gouverneur, Néron MBUNGU. Son programme s’appelle Kinshasa BOPETO, qui vise entre autres, l’amélioration de la gouvernance, l’assainissement de l’environnement kinois et le rétablissement de la sécurité.

Par Francine Munyere – Nkana
En effet, le programme quinquennal de gestion (2019– 2023) de la ville de Kinshasa « KINSHASA BOPETO » s’inscrit dans le cadre de l’atteinte des objectifs du développement durable « ODD ». Sa matérialisation exige la mobilisation de plus de 2 000 000 OOO de dollars américain. Raisons pour laquelle les sanctions sont données aux gestionnaires de services de la ville. Dans la présentation de son plan d’action Gentiny NGOBILA a d’abord dépeint l’état des lieux chronologique de la ville. En 1960, a-t-il rappelé, Kinshasa avait une population de 400 mille habitants. Et, à ce jour, elle a plus de 12 000 000 d’administrés. La surface agglomérée est passée de 1 400 hectares à 4 500 hectares. D’où, des défis de gestion dans tous les secteurs de la vie. De l’environnement à la sécurité alimentaire en passant par la sécurité des personnes et de leurs biens, leur santé, l’eau, l’énergie, l’éducation, la mobilité urbaine, l’emploi, le logement et les nfrastructures des bases. Il relève l’existence d’une dégradation criante qu’il attribue à la gouvernance au niveau des services urbains, à la modicité des ressources dans la mise en oeuvre de la décentralisation, au manque d’adhésion des kinoises et kinois, sans oublier le non-respect du cadre organique. A cela, il faut ajouter les effectifs pléthoriques, la sous-qualification des agents des services déconcentrés et l’irrégularité de leurs salaires déjà modiques. Le cumul des arriérés de rémunération qui décourage ce personnel difficile à sanctionner au sein d’une fonction publique fortement politisée. Un tableau sombre qui fragilise le rendement des services urbains. Cela impose une forte thérapie. C’est la raison d’être du programme Kin-BOPETO, qui s’articule autour de 5 grands axes pour apporter des solutions idoines à ces problèmes. Ce programme se propose de refaire Kinshasa, une métropole attractive, rayonnante, résiliente et offrant un cadre de vie axé sur le mieux-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *