Rdc/Libéralisation du secteur d’électricité : PERENCO OUVRE LE BAL !

La Perenco s’engage à produire de l’énergie électrique commerçiable de qualité qui sera destinée aux entreprises minières dans l’ex – province du Katanga. Ce sera une vente différente de celle proposée aux ménages avec le système de prépaiement différent de celui proposé par la Snel.
Par Ghislain Ntumwa

A la faveur de la libéralisation du secteur de l’électricité, l’entreprise pétrolière Perenco vient d’investir près de 250 000 000 USD pour produire 200 mégawatts d’électricité. Selon la directrice de cette société, Yvonne Mbala, c’est le gaz produit lors de l’extraction du brut au large de Muanda qui subira une trasformation en association avec le gaz libre pour produire ce courant électrique. C’est pour appuyer celle des centrales hydroélectriques d’Inga I, II et III ainsi que de zongo, a-t-elle précisé.

Une ligne très haute tension sera ouverte sur les tronçons Muanda-Boma-Inga. Les cimenteries qui se développent dans la province du Kongo central, les ménages et autres entités intéressées bénéficieront aussi de cette énergie initialement destinée aux entreprises minières du Katanga. Il sied de noter que les gaz exploités dans le cadre de ce projet, viennent de quatre zones ou territoires d’exploitation de Perenco. Les travaux prendront deux ans avant la commercialisation. La mise en valeur de ses réserves de gaz diminuera considérablement son importation.

Selon certaines informations des sources les mieux introduites, Perenco détiendrait encore des réserves de 20 milliards de m3 en offshore, de 10 milliards en on shore. Rappelons que depuis la nuit des temps, le gaz a été toujours brulé par torchère lors des opérations du brut à Muanda. Perenco ne l’utilisait que pour alimenter les générateurs de la centrale de Kinkazi. L’entreprise profite de la libéralisation du secteur de l’électricité pour capitaliser son gaz. Sur le terrain du pétrole par contre, les choses semblent bouger. Le forage de nouveaux puits en on – shore et le renouvellement de la concession maritime offshore accordée à Perenco permettent d’augmenter le niveau de production, qui pourra passer de 16 à 17 000 barils par jour.

A propos, des recettes, les prévisions de l’Etat fixent à 429,46 milliards de Francs congolais dont 161,17 milliards pour la direction général des impôts « DGI» et 268,29 milliards pour la direction générale des recettes administratives et domaniales « DGRAD ». Les recettes perçues par cette dernière sont constituées de marge distribuables des royalties encadrées par le ministère des hydrocarbures pour un montant estimé à 225,74 milliards de Francs congolais, des dividendes on-shore ainsi que des participations offshore encadrées par le ministère du portefeuille pour un montant prévisionnel de 42,45 milliards de Francs congolais. Pour le ministère du portefeuille, les dividendes que les pétroliers producteurs doivent verser cette année, sont de l’ordre de 48 5OO 000 OOO de Francs congolais, soit l’équivalent en dollars de 27 749 170 contre 25 946 429 787 de Francs congolais, soit un peu plus de 16 000 000 de dollars américains qu’il a fallu payer, fin décembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *