RDC/Semaine minière à Lubumbashi : Richard Muyej, personne ressources


Le gouverneur de la province de Lualaba, Richard Muyej Mangez Mans avait pris part active à la 15ième semaine minière. Un forum qui réunit les principaux acteurs miniers en République démocratique du Congo. L’objectif est de faire le point sur son environnement, rappeler aux uns et aux autres des dispositions réglementaires et présenter à tous les nouvelles réformes engagées par l’autorité compétente.
Par Serge Mulira


En sa qualité de personne ressource, Richard Muwej, l’invité d’honneur de ce grand forum minier édition 2019, a, exposé sur le thème qui lui avait été donné par l’organisation « Centre de Négoce comme moyen d’assainir les conditions de l’exploitation minière artisanale ».

A en croire Richard Muwej, qui, bien avant le développement de son sujet du jour, a dressé l’historique de l’exploitation minière artisanale dans l’ex-grande province du Katanga. Sans oublier les points saillants de la réforme de l’exploitation artisanale dans le Lualaba et le centre de Négoce comme moyen d’assainir les conditions de cette activité. Il laisse entendre que la gestion des mines dans cette prestigieuse province découpée à ce jour ou la partie de la province de Lualaba a la quasi-totalité de ces ressources minérales était confiée à une société d’Etat. La quelle société a subi au fil des années des transformations selon les besoins du temps. Ainsi, l’union minière du Haut Katanga « UMHK » est passée de général congolaise des mines « GECOMINES » à la Générale des Carrières et des Mines « GECAMINES ». Il a souligné que la crise des années 80 de triste mémoire, avait mis la Gécamines par terre à telle enseigne qu’il a fallu à la haute direction de l’entreprise d’appliquer une forte thérapie pour remonter un peu la pente. Cela a débouchée sur le démembrement du vaste espace minier de cette entreprise publique. Tel un coup de pouce qui a permis à l’entreprise de reprendre les activités et relancer la production à travers des partenariats ou joint-ventures. Le secteur minier pendant cette période-là verra naitre de nouvelles entreprises minières. La Gécamines, quant à elle, aux dimensions réduites s’active à vaincre les pesanteurs et à rebondir sur l’espace restant.

En outre, le gouverneur Richard
Muyej présenta le tableau de bord de la situation minière dans cette partie du pays. Question de faire voir aux participants d’où nous venons, où sommes-nous et où allons-nous afin de bien aborder l’avenir. Il faut noter que dix ans après ce nouvel élan, les statistiques de production ont galopé jusqu’à atteindre le triple de la grande production réalisée par la Gécamines en période de gloire « 476 000 tonnes de cuivre ». Le Lualaba. C’est l’une des provinces issues du démembrement du Katanga « au total quatre provinces sont sorties des entrailles du Katanga ». Son économie est totalement tributaire du secteur minier. Sa position géographique lui accorde l’essentiel de l’espace
minier de l’ancienne province de Katanga avec 75% de gisement connus ; le cuivre et le cobalt essentiellement. Elle connait à ce jour un flux migratoire important des populations venant d’autres provinces voisines à la recherche du bien-être. Il s’observe des conséquences directes sur les effectifs des exploitants miniers artisanaux « creuseurs » qui avoisinent désormais le nombre de 170 000 âmes. Une urgence s’impose d’organiser ces creuseurs pour pouvoir s’adonner à leurs activités en toute sécurité et dignité.

En rdc, l’exploitation minière artisanale est légale. A ce jour, la production artisanale avoisine 20% de l’exploitation minière de ladite province. Une partie très importante du budget national vient de cette province. Compte tenu de cela le gouvernement de la République lui accorde des faveurs en toile de fond une quarantaine des zones d’exploitation artisanale« ZEA ».

Pour Richard Muwej, il est plus que temps de repenser l’exploitation minière artisanale en Rdc. D’où les réformes avec la naissance de ce qu’on appelle centre de Négoce (est un dépôt moderne, laboratoire d’analyses, restaurants…) une réponse-solutions aux problèmes de l’exploitation minière artisanale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *