Relance des services à la SCTP : REPRISE DU TRAFIC SUR LES TRONÇONS KINSHASA-KASANGULU, MATADI-KINSHASA!

C’est fait. Le trafic ferroviaire a repris entre Kinshasa-Kasangulu et Matadi-Kinshasa. Les coups d’envoi ont été donné simultanément, mercredi 14/08/2019, à Kinshasa par le directeur général de la Société commerciale des Transports et Ports (SCTP), Daudet Laya SINSU et à Kasangulu, par le vice-premier ministre et ministre des Transports et voies de Communication ai. C’est le couronnement des efforts fournis par Daudet Laya SINSU dans le cadre de la redynamisation des activités de sa société. Près de 3,5 millions de dollars américains ont été investis pour remettre à l’état les engins et les infrastructures nécessaires. Le train urbain 202 et le train des marchandises sur la 1 362 sont d’ores et déjà opérationnels. Ils desserviront ces lignes pour le grand bien de la population qui a longtemps souffert de la paralysie des activités de cette société.

Les décideurs

En effet, les denrées alimentaires produites dans le Kongo central qui est toujours compté parmi les greniers de la ville de Kinshasa, ont manqué leur moyen de déplacement privilégié depuis près de trois ans. La seule voie routière s’est montrée insuffisante pour couvrir tous les besoins dans ce secteur. Surtout aussi que le train gagne en coût, en rapidité, en volume de marchandises et en nombre de personnes transportées. L’objectif étant entre autres, de désengorger les bouchons qui s’observent depuis un temps dans les grandes artères de la ville de Kinshasa à la suite de la construction des sauts-de-mouton.

Le D.G Daudet Laya remercie le président de la République, Félix Tshisekedi pour le décaissement des moyens. Depuis son avènement à la magistrature suprême, il ne ménage aucun effort pour ramener le sourire au peuple congolais. Tous les services de l’Etat sont mis à contribution pour matérialiser son leitmotiv; entendez : « Le peuple d’abord » ! C’est pourquoi Daudet Laya plaide pour la continuité du soutien de l’Etat à son entreprise. Le personnel en son tour, précise-t-il, de rester disponible à rendre service à la population congolaise. « Tout a été fait avec les compétences internes (propre à la SCTP). Quoi de plus normal d’accompagner cette dynamique. Il est donc possible que nous puissions relancer les activités et faire renaitre la SCTP, ex-ONATRA afin de revivre la belle époque de l’ONATRA », a-t-il souligné. Il soutient que la disponibilité des fonds est indispensable à la réalisation des projets. Il laisse entendre que le peu de réalisations saluées à ce jour n’ont été rendues possibles qu’avec seulement 30% de l’enveloppe totale estimée à 20 milliards de Francs congolais. 30 autres pourcent ont été liquidés, mais attendent d’être débloqués. D’où, le DG sollicite le décaissement de l’enveloppe prévue afin d’exécuter tous les projets retenus à ce stade.

Il sied de noter que la reprise du trafic urbain va beaucoup soulager la population kinoise qui connait de graves difficultés de transport depuis le lancement des travaux de construction des sauts-de mouton. Elle aura aussi un impact positif sur l’approvisionnement de la ville de Kinshasa en denrées alimentaires et autres produits de première nécessité.

Signalons quand même quelques défis majeurs que la SCTP devra relever pour relancer les deux autres tronçons à savoir, la gare centrale-aéroport de Ndjili et gare centrale-Kinsuka qui sont en très mauvais état pour ne pas dire impraticable.

Le représentant du Conseil d’Administration de la SCTP, Clément Kitengye, n’a pas caché sa satisfaction. Il réitère son engagement de redonner de l’espoir aux travailleurs de la SCTP en travaillant d’arrache-pied pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie. Le plus heureux, c’est finalement le directeur des ports, Martin Lukusa. Répondant aux questions des journalistes sur la réhabilitation du port de Kinshasa, la construction du bétonnage arrière tuyau, l’informatisation de la gestion de l’administration du port, le forage d’eau et l’installation d’une vidéo surveillance, il s’est voulu rassurant. Le vice premier ministre-ministre des transports invite le comité de gestion à une gestion saine. Car, malgré les 600 bus de Transco largués à l’intérieur du pays, la mobilité des personnes et leurs biens demeure un vrai casse-tête chinois.

Du coté SCTP, la réussite du voyage inaugural est un motif de satisfecit des responsables. « Mais si l’on souhaite effectivement la baisse des prix des biens et services en République démocratique du Congo, il va falloir accompagner la SCTP en lui donnant tous les moyens de sa politique. Les voies ferroviaires et fluviales seront d’une grande contribution quant à ce », a lancé Daudet Laya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *