Les animateurs des institutions de la IIIème République en RDC : Le couple Richard Muyej – Fifi Masuka, Zoe Kabila, Kyabula…marquent leurs empreintes!

La mise en place effective des animateurs des institutions de la troisième République poursuit son bonhomme de chemin. Elles sont arrivées presque à la phase de la finalisation. En attendant l’ordonnance de la remise et reprise
pour l’installation de nouveaux gouverneurs de province, le bureau provisoire du sénat est à pied d’oeuvre.

Par Francyne Munyere-Kana
Les élections des gouverneurs ont eu lieu seulement dans 22 provinces sur 26 provinces que compte la Rdc. Dans les quatre autres provinces, elles avaient soit, été suspendues pour notamment question de candidature unique, soit elles attendent l’installation définitive des Assemblées provinciales, là où les législatives se sont tenues en retard. Rappelons que le calendrier électoral prévoit aussi les élections municipales et locales. De ce fait, plusieurs problèmes bloquent le développement de la Rdc. Pour dire vraie, la situation est plus que criante. La décentralisation voulue par le législateur, visait un seul objectif, à savoir rapprocher les dirigés des dirigeants. Ce, en vue d’impulser le développement par la base.

Les gouverneurs nouvellement élus ont donc du pain sur la planche. Ils doivent apporter des solutions idoines aux problèmes de leurs entités. Ils n’ont pas droit à l’erreur car la politique de sanction vient d’être activée par le nouveau président de la République, Félix Antoine Tshisekedi. L’on salue les élections de nouvelles figures à la tête de certaines provinces.

D’autres anciennes figures par contre refont surface. A Kinshasa, le député Gentiny Ngobila Mbaka succède à André Kimbuta. Avant Kinshasa, Ngobila était gouverneur de la province de Maï-Ndombe qu’il laisse avec des conflits ethniques non résolus. Doit-on parler d’un aveu d’impuissance, d’une fuite ou d’une prime à l’incompétence? Bien malin qui saurait répondre à cette interrogation. Mais, l’opinion notera que celui qui a échoué au Maï-Ndombe où il y a moins de problèmes, vient à Kinshasa, une ville province dont les problèmes sont plus complexes. Sur un total de 9 candidats au poste du gouverneur de la ville de Kinshasa et de 9 programmes ambitieux pour le développement de Kinshasa et de son rayonnement, 8 programmes sont tombés face à celui de Gentiny Ngobila. Il y a lieu de se demander si les députés provinciaux l’ont vraiment élu sur la base des critères réellement objectifs. Quoiqu’il en soit, Ngobila a obtenu une victoire écrasante avec 29 voix sur 48. Une élection n’est pas un privilège mais une lourde responsabilité, surtout lorsqu’il s’agit du gouverneur de Kinshasa. Ngobila doit en être conscient. Sa réussite dans ses entreprises privées le rend serein.

Pour le Lualaba, Richard Muwej Mangez Mans conserve son fauteuil en gardant le même ticket qu’il forme avec Fify Masuka. L’on ne change pas l’équipe qui gagne, dit-on. Le duo Richard Muyej-Fify Masuka a déjà fait ses preuves lors du mandat passé. Les résultats de leur travail bien fait, visibles à travers
tout le Lualaba, justifient la conservation du pouvoir. Muyej est gouverneur du Lualaba depuis les élections ayant suivi la dernière décentralisation de l’ex-grand Katanga. Il a depuis lors entrepris de doter la province de tous les instruments, matériaux, logistiques et autres permettant son développement. Ancien vice-premier ministre de l’intérieur, décentralisation et affaires coutumières, Muyej connait très bien tout le pays et par ricochet, sa province de Lualaba.

Au Kasaï central, Valentin Ngandu fait son entrée aux affaires politico-administratives
du Kasaï central, la province dont il est originaire. Un ancien directeur général au FPN devenu député a l’issue des élections du 30 décembre, il ambitionnait seulement la tête de la province du Kasaï central. Son souci est de développer sa province comme il en a l’habitude partout où il passe. L’heure a sonné pour que le plan Valentin Ngandu sur la relance de la province du Kasaï central s’exécute.

Zoé Kabila Mwanza, gouverneur du Tanganyka
Fifi Masuka, vice-gouverneur du Lualaba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *