Afrique/Tchad: Deby tombe arme à la main!

Le président tchadien, le général maréchal, Idriss Deby Into est mort par balles dans la matinée de mardi 20 avril, lors des combats contre les rebelles jihadistes du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad « FACT » dans la région du Kanem. Il décède à l’aube de la publication de son élection avec 79,32 pourcent des suffrages. Un six mandat obtenu dans un contexte de tensions aussi bien à l’interne du pays avec une opposition très critique au système Deby qu’à l’externe avec les rebellions.

Par Julien Ntabaza

A en croire la version officielle « télévision nationale tchadienne », Idriss Déby Itno a succombé à des blessures reçues au combat le 19 avril face aux rebelles.

une mort mystérieuse

Idriss Deby disait les jours avant sa mort qu’il ne mourra en tout cas pas sur son lit. Cela s’est réalisé. Il est allé mourir effectivement comme tout bon militaire sur le champ d’honneur. Loin de son lit de confort.

Il a mis sa vie en jeu au prix de la mort pour la défense de l’intégrité territoriale du Tchad. Il en avait l’habitude à tout moments que le Tchad était menacé. Mais, cette fois – là, Dieu en a décidé autrement, la fin de sa longue vie au pouvoir.

Mahamat Idriss Déby into fils prend place, une transition de 18 ans décidé

Les hauts gradés de l’armée se sont réunis autour du général Mahamat Idriss Déby, fils du défunt, afin de se mettre d’accord sur les grands axes d’une charte de la transition et les modalités de cette dernière. Ils ont alors décidé la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale et la mise en place d’une transition de dix-huit mois, dont l’annonce a été faite dans la matinée du 20 avril.

Un deuil national de quatorze jours a également été décrété sur toute l’étendue du territoire et des obsèques nationales seront organisées. Un couvre-feu allant de 18 heures à 5 heures du matin est aussi instauré dans tout le pays et les frontières terrestres et aériennes sont fermées jusqu’à nouvel ordre. D’après N’Djamena, la capitale est pour le moment calme, même si des mouvements de population sont observés du Tchad vers le Cameroun.

« Un conseil militaire de transition [CMT] est mis en place pour assurer la défense de notre cher pays dans cette situation de guerre contre le terrorisme et les forces du mal afin d’assurer la continuité de l’État », a souligné le porte parole de l’armée Tchadienne. Et de préciser que le fils du défunt assurera le pouvoir durant dix-huit mois, à l’issue desquels de nouvelles institutions seront établies par l’organisation d’élections « libres, démocratiques et transparentes ».

 Mahamat Idriss Déby Itno, était jusqu’à la mort de son défunt père président général de l’armée tchadienne et dirigeait depuis de nombreuses années la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’État (DGSSIE), dont fait partie la garde présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *