RDC/Politique – USN: Le gouvernement Sama Lukonde investi

Les députés nationaux ont à la majorité absolu investi lundi 26 avril le gouvernement du le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde. Ce, après la présentation et adoption du programme d’action du gouvernement.

La Rédaction

En effet, après la présentation dudit programme, les députés ont formulé, après l’ouverture du débat en plénière, des recommandations au chef du gouvernement en vue de son enrichissement. 

Les critiques formulées par les députés dans le débat n’ont pas malheureusement empêché quoi que ce soit, au contraire, les députés ont estimé plus qu’urgent d’interrompre la série des interventions pour permettre rapidement ce gouvernement Sama Lukonde de se mettre au travail afin de trouver les solutions aux problèmes du pays.

Tout est fait en moins de 24 heures (un seul jour), le premier ministre présente son programme, après le débat l’on passe à l’investiture.

Maintenant le gouvernement devra s’attaquer aux problèmes qui l’attend notamment la restauration de la sécurité dans la partie orientale du pays.

Les membres du gouvernement vont procéder dans les heures qui suivent l’investiture à la remise et reprise avec l’équipe sortante et entamer le travail.

A en croire le député Fontshi Mukendi serge, il y a une confiance de sérénité d’investir le gouvernement ce jour. Les priorités de priorités demeurent les aspects sécuritaires, après les infrastructures. Il soulève la problématique des investissements des provinces.

Pour lui, le programme est assez équilibré, il ne reste qu’à l’appliquer et à l’assemblée nationale de le contrôler.

Il pense qu’en plein exercice budgétaire, le gouvernement aura besoin d’un collectif budgétaires ou plusieurs pour réaménager chaque ministère et ses provisions.

Fontshi Mukendi croit à la vision du Président de la République et à ses propos notamment celui de samedi 24 avril à la cité de l’union africaine au tour des députés de l’union sacrée de la nation sur l’organisation des élections en 2023.

Avec la vitesse qu’a connu le pays et les expériences de cycles électoraux (Trois Cycles) et un avec glissement, même si récemment il y en aura, c’est bien, il le faut mais cela ne peut pas donner lieu a un autre glissement de quelque nature que ce soit ou de le justifier. Le pays connait pertinemment bien les points d’ancrage en terme de planning électoral.

Pour conclure Fontshi note qu’il est clair au regard de cette évolution évoqué d’organiser les élections tranquillement et sereinement au même moment avec le récemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *