Rdc/Politique : La DGDA, la DGI… réalisent des scores lourds en 2ième trimestre!

Les régies financières ont réalisé de bonnes opérations en faveur du trésor public. Ça s’appelle doter le gouvernement les moyens de sa politique. La Direction générale des douanes et accises « DGDA », la Direction générale des recettes administratives, domaniales et de participation « DGRAD »et la Direction générale des Impôts « DGI » ont réalisé des recettes d’un scores lourds comme jamais auparavant pour la période allant du 1er au 30 juin 2021. Ces recettes sont à la hauteur de 938,5 milliards de francs congolais, soit l’équivalent en dollars américains de 454 millions au taux budgétaire moyen de 2067 FC le dollar. Ce qui représente 129% par rapport aux prévisions évaluées à 795,3 milliards de francs congolais.

Julien ntabaza/Les décideurs/MCP

A en croire le ministre des finances lors de sa prise de parole au Conseil des ministres de la semaine dernière, les chiffres réalisés dépassent en 100 pourcentage les assignations budgétaires fixées.

Tenez, la DGI a mobilisé 474,5 milliards des francs congolais avec un taux de réalisation de 150%.

La DGDA, quant elle, s’en est tiré avec 266,2 milliards de francs congolais avec un taux de réalisation de 126% ; tandis que la DGRAD a collecté 197,7 milliards de francs congolais avec un taux de réalisation de 100%.

Tous les membres du gouvernement réunis en Conseil des ministres, ont non seulement salué cette performance, mais ont également encouragé les promesses des régies financières, tout en les exhortant à redoubler d’efforts.  » Ces performances financières des régies, résultent de la mise en œuvre rigoureuse des mesures de mobilisation accrue des recettes publiques qui ont pour conséquence, la consolidation de la tendance haussière enclenchée depuis le mois d’avril dernier », a fait savoir le ministre des Finances, avant de souligner la détermination du gouvernement de la république, d’agir en faveur de l’élargissement de l’assiette fiscale et la réduction de pression fiscale qui pèse sur un nombre limité des contribuables.

Le tempo plaçait très haut

On note également que la même performance a été observée au cours du mois d’avril 2021, où la DGDA a atteint un taux de réalisation de 103% ; la DGI a franchi la barre de 150% de ses assignations ; tandis que la DGRAD a atteint 105,5%.

Pour l’exercice 2020, la structure des ressources mobilisées est restée dominée par les recettes tirées des impôts directs et indirects provenant de la DGI, avec 51% du total, suivie de la fiscalité douanière relevant de la DGDA ainsi que des recettes administratives, domaniales, judiciaires et de participation, produites par la DGRAD, avec des contributions respectives de 28,9© et 17,0% dans le total. Concernant les rubriques  » pétroliers producteurs  » et  » dons et autres recettes « , elles ont contribué respectivement à hauteur de 2,4 % et 0,8%.

Par ailleurs, estimées à 7.385,8 milliards de francs congolais dans le plan de trésorerie du secteur public, les recettes publiques se sont chiffrées à 7.019,9 milliards de francs congolais, dégageant un taux de mobilisation de 95,1%. Par rapport au niveau des recettes renseignées dans le budget initial soit 18.945,2 milliards de francs congolais et dans le collectif budgétaire soit 9.272,6 milliards de francs congolais, il s’est observé des taux de réalisation respectifs de 37,9% et 75,7%.

Contrairement aux recettes réalisées en 2019, il se dégage un constat : les recettes de la DGI ont reculé de 7,9%, en dépit des avances reçues au titre de paiement anticipatif d’impôts de l’ordre de 262,7 milliards de francs congolais ; tandis que les recettes encadrées par la DGDA et la DGRAD, ont enregistré des accroissements respectifs de 21,9% et 3,1%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *