Politique : Loi sur la CENI en Rdc, le G13s’inquiète de l’avenir des élections!

Le Groupe de treize « G13 » personnalités politiques se sont réunis mardi 13 juillet à Kinshasa pour évaluer l’actualité politique brulante et d’autres questions de l’heure qui fâchent. Ils ont déploré le manque de consensus auprès des forces sociopolitiques sur notamment les prochaines élections subsiste. Ce, une année après qu’ils aient tiré la sonnette d’alarme sur des vraies réformes. Il se dit très préoccupé par les conditions sociopolitiques et économiques qui prévalent dans le pays. Et dénonce certaines initiatives susceptibles à replonger le pays dans la crise.  

Julien Ntabaza/Les décideurs/R.O

Le G13 a dénoncé avec la dernière énergie l’option du gouvernement tendant à conditionner la tenue des élections au recensement de la population. 

« Conditionner les élections par le recensement de la population relève manifestement des calculs politiques trop osés, qui visent à retarder la tenue des élections dans le délai constitutionnel, a déclaré le porte parole du G13.  

Noter que Delly Sessanga, Jacques Djoli,… et tant d’autres estiment qu’une proposition de loi dite de verrouillage de l’accès à certains postes régaliens, pollue inutilement le débat public au point d’exhumer les vieux démons de la division. 

Signalons que de l’avis d’une bonne frange des formations politiques du pays pensent que la loi Tshiani sur la « Congolité » risque de remettre en cause les préalables de l’ordre politique républicain construit dans le cadre des Accord de Lusaka, de Sun City et de la Constitution de 2006.  

Le G13 pour sa part déplore que ces sujets fondamentalement clivant soient malicieusement ramenés dans le débat comme des préalables, mieux des embuches a la tenue des élections.  

Sur le plan économique et social, le G13 fait observer que les congolais s’impatientent de voir se concrétiser la promesse du changement après l’alternance politique gagnée en décembre 2018.  

Et sur le plan sécuritaire, la prolongation continue de l’état de siège témoigne de la persistance de l’insécurité dans l’Ituri et le Nord-Kivu. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *