Rdc/développement – Anser : Idesbald chinamula prêche les journalistes l’électrification des milieux rural et périurbain !

Le directeur général de l’agence nationale d’électrification et des services énergétiques en milieux rural et périurbain « Anser », Idesbald Chinamula VUNINGOMA, a réuni, mardi 28 septembre dans son cabinet de travail, les journalistes en séance pédagogique sur le travail de son agence en vue de mener à bon port la campagne de communication sur l’Anser. Cette réunion coïncide avec la célébration de l’an 1 de cet établissement.

Julien ntabaza

Mardi 28 septembre. Il est très exactement 10 heures, l’Anser ouvre ses portes aux journalistes, ils entrent prennent places. C’est un vrai déjeuner de presse que son directeur général Idesbal Chinamula offre aux journalistes le jour de l’anniversaire de son agence. Objectif mettre à la disposition de la presse les outils nécessaires ( la loi numéro 14/011 du 17 juin 2014 et autres) devant leur permettre à être précis et outillés sur le traitement des sujets ou des questions liées à l’électrification en milieux rural et périurbain. Six points figuraient au menu de cette réunion. Il s’agit de la présentation de l’équipe dirigeante, présentation des missions de l’Anser, programme d’investissements prioritaires, déploiement en provinces, le jeu des questions – reponses puis le point sur des propositions pour la mise en place du cadre d’information permanent de l’Anser.

A en croire Idesbald Chinamula V., la mission lui est confiée par le président de la République est noble. Il indique qu’il s’agit d’une grande ambition comme on peut le lire sur le décret numéro 16/014 du 21 avril 2016 mettant en place l’Anser dans le cadre de la libéralisation du secteur de l’énergie. Ce décret abrogé la loi numéro 14/011 du 17 juin 2014. Décidément la nouvelle loi apporte des réformes substantielles et définie Anser comme établissement public et non entreprise. Elle a reçu spécialement la mission d’électrification des milieux rural et périurbain dans le pays.

Dans une année, l’Anser a su réalisé des projets prioritaires d’envergure ( mise en place du fond mwinda, lancement éclairage public, se doter d’un cadre de travail selon les normes et standards internationaux,nd’un personnel compétent et qualifié). Dans un laps des temps elle s’est fait une identité. Cela a attiré l’attention des médias. Ces derniers ont relayé ses réalisations en de termes non identiques.

Très rapidement et conscient du rôle que les médias exercent dans la vie moderne et dans la société, et pour parler le même langage, il a décidé d’organiser cette session d’information pour présenter à la presse l’ensemble de l’arsenal juridique, du cadre conceptuel, du champ de travail, programme, etc. qui rentre justement dans le cadre de son programme de communication. C’est parti pour le long voyage vers le Congo profond.

Noter que la question de la libéralisation du secteur de l’énergie en RDC définie bien les rôles des intervenants dans le secteur et repartie les tâches de chacune de parties prenantes. Et l’Anser ne remplace nullement la Snel. Ce changement intervenu peu connu de l’opinion soulève le besoin de vulgarisation.

La chargée de partenariat et de communication, Soraya Aziz Souleymane, a, pour sa part, dressé de manière détaillée la mise en œuvre du programme 2021 – 2025. Elle a annoncé l’organisation d’une table ronde en janvier 2022. Une très grande date de recherche de financement. Elle réunira les bailleurs de fonds internationaux de tout bord. Elle a en outre montré à travers une cartographie la situation d’obscurité à travers l’ensemble pays.

Le jeux des questions réponses à clôturé cette session d’information. Commencé à 10 heures, la session d’information a fermé ses portes à 13 heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *