Coopération/Monde : RDC-UE, relance le Dialogue politique !

Le dialogue politique entre la République démocratique du Congo et l’Union européenne est relancé. Un cadre d’échanges de haut niveau resté longtemps en veilleuse. Il vise à apporter les solutions aux multiples problèmes dans différents domaines de la vie publique. L’éducation, la santé et l’agriculture ont été prioritairement choisi comme des domaines d’intervention rapide dans le cadre de ces travaux de la troisième session de dialogue politique Rdc – UE à Kinshasa. Le Premier ministre de la République démocratique du Congo, Jean Michel Sama Lukonde, a ouvert, jeudi 30 septembre, les travaux de la troisième session du dialogue politique entre la RDC et l’UE à Kinshasa.

Les décideurs 

A en croire le premier ministre Sama Lukonde, la gratuité de l’enseignement conduira le plus grand nombre d’enfants à accéder au système scolaire. Et d’indiquer qu’avec une agriculture mécanisée et extensive, le gouvernement sera en mesure de nourrir les 80 millions de Congolais. 

En outre, l’appui des membres de l’UE se propose d’affecter des fonds en appui au système sanitaire congolais en vue d’améliorer l’état de la vie des populations et limiter les effets de la COVID-19. 

Signalons par ailleurs que les infrastructures et la démobilisation des jeunes congolais, actifs dans les groupes armés figurent dans les grandes options et des engagements du gouvernement congolais. 

Pour le gouvernement, les infrastructures vont fluidifier le trafic des biens et des personnes, et permettre la connectivité nationale en vue de joindre les quatre coins de la RDC. 

Sama Lukonde attend de ces assises, les résolutions en appui substantiel dans le programme de démobilisation et de réinsertion de jeunes congolais « qui se sont laissés emportés dans la vague de violence, barbaries et tueries à travers les groupes armés. » 

Noter que les points inscris dans le programme de ce dialogue toucher principalement la Gouvernance politique, économique et sécuritaire ; l’environnement et gestion des ressources minières et non minières ; et enfin la dimension développement humain.  

Le numéro 1 de l’exécutif saluait dans son discours d’ouverture l’amélioration des relations diplomatiques vis-à-vis de la RDC. Il tient à ce que les apports de toute action de partenariat soient orientés dans le secteur que le gouvernement congolais s’est choisi à travers son programme défendu et adopté à l’Assemblée nationale. 

« L’inscription de la RDC au registre des institutions de Breton Woods et la volonté affichée par le gouvernement de la République démocratique du Congo, à faire sortir les masses laborieuses du marasme social m’incite à soutenir la tenue de ce dialogue politique avec l’Union européenne » (Jean Michel Sama Lukonde). 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *