Rdc/Ceni – élections 2023 : Dénis Kadima dévoile sa feuille de route !

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante « Ceni », Dénis Kadima, a dressé, jeudi 3 février, la feuille de route pour les prochaines élections. C’est un autre processus électoral 2021-2027. Une particularité dans ce scrutin de décembre 2023 est la combinaison à l’élection du Président de la République ceux des députés nationaux, des députés provinciaux, des conseillers des communes, des secteurs et des chefferies.

Jules César Mokonzi

A en croire la feuille de route du bureau Dénis Kadima, toutes les activités de la Ceni devraient partir en réalité du mois de novembre 2021. Cette planification intègre le séminaire d’imprégnation et production des outils de gestion du processus, de l’organisation de la cartographie électorale, des scrutins indirects des sénateurs et conseillers urbains – des préparatifs du nouveau cycle électoral de mars 2024 à mars 2027. 

En effet, cette feuille de route de Dénis Kadima n’a rien avoir avec le calendrier électoral. Ce dernier sera publié les jours à venir. La feuille fixe trois grandes options à savoir : 1. les élections directes du président de la République, des députés nationaux et des députés provinciaux, des conseillers de commune, de secteur et de chefferie. Elle prend en compte la période de janvier 2022 aux mois de décembre 2023 et mars 2024. Ca inclut notamment le plaidoyer et lobbying auprès d’autres institutions sur ladite feuille de route, la mise à jour de la cartographie opérationnelle, 2. la deuxième option, c’est les élections indirectes des sénateurs, des gouverneurs et vice-gouverneurs, des conseillers urbains, des maires et maires adjoints, des bourgmestres ainsi que des chefs de secteur. Elle va de janvier à mars 2024, et

Enfin, 3. la troisième option, celle portant sur les activités de pérennisation du processus électoral allant des mois de mars 2024 à mars 2027.

Noter que la feuille de route réserve une part importante à la sensibilisation électorale, la vulgarisation des lois et communication publique, l’éducation civique et électorale, le contrôle, les inventaires et maintenance du matériel électoral.  

Signalons par ailleurs que il y a des contraintes à vaincre. Cela pourrait porté atteinte à tous le travail fait. Ces contraintes sont de plusieurs ordres. Il s’agit notamment des contraintes d’ordre politico-financière, juridique, sécuritaire et logistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *