Barnabé Muakadi, un nouvel ordre de mobilisation des recettes fiscales!

Le directeur général de la direction général des impôts, Barnabé Muakadi Muamba s’affiche en première ligne des personnalités publiques engagées dans le changement que prône le président de la République Félix Tshisekedi pour un Congo nouveau, prospère et émergent. Il contribue significativement dans la mobilisation des moyens à la réalisation de cette vision. Des chiffres sont en progression continue dans chaque exercice fiscal. Question de lire le tableaux fiscal trimestriel. Tout un dispositif mise en place. Des politiques et nouvelles stratégies de sensibilisation, communication, transparence, mécanismes des contraintes sont menées. Il ne fait qu’appliquer les lois fiscales de la Rdc. Les résultats suivent après.

Julien Ntabaza

Un seul doit ne peut pas lavé tout un visage, dit – on. Le directeur général Barnabe Muakadi Muamba en fait principe, mieux, une loi. Un cheval de batail qui produit des effets escomptés. Il coach ses troupes et les placent à des postes selon le rendement et les performance de chacun. Il les a réuni tous ensemble (directeurs des impôts et cadres de commandement) comme de tradition dans le cadre du séminaire des directeurs des impôts tenu du 16 au 19 Février  2022, à l’hôtel Beatrice. Ce tout premier séminaire des directeurs qui est un haut lieu stratégique et d’orientation qu’a présidé Barnabé Muakadi était placé sous le thème : « Définition des Stratégies et Actions en vue de la mise en œuvre du Contrat de performance signé entre le Ministère des Finances et la Direction Générale des Impôts, pour la mobilisation des recettes en 2022  « . Ils se sont ressourcés après quatre jours des travaux. S’en est sorti des résolutions. Les directeurs des impôts ont réitéré leurs engagements par la signature du registre de résolutions. Ils lèvent des grandes options pour rencontrer les assignations du gouvernement en suivant les consignes du coach Barnabé Muakadi. Et,  un contrat des performances a été signé entre la haute direction et la Direction des grandes entreprises.

Dans son mot d’ouverture, Barnabé Muakadi Muamba, a encouragé et félicité les agents et cadres de son entreprise pour des efforts fournis d’accomplir la grande performance de dépassement des assignations en 2021.

Barnabé Muakadi Muamba, l’ascenseur des recettes fiscales

Le directeur général des impôts Barné Muakadi réalise  des mains de maitre un travail titanesque. C’est une grande distinction décennale dans l’histoire de la DGI. Les chiffres des recettes fiscales trimestriels pour l’exercice 2021 ont connu une progression vertigineuse. Au finish, un taux de réalisation de 130% en dépassement des assignations de quatre mille neuf cent milliards huit cent  quatre-vingt-treize millions de Francs congolais prévue dans la loi de finances 2021 . Un prix du grand mobilisateur des recettes lui a été décerné par son ministre de tutelle.

                                              

Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi a exhorté tous les responsables des régies financières à aller au-delà de cette performance en 2022 en vue d’une mobilisation plus importante.

A en croire Barnabé M.M, le secret des résultats réalisés dans ses 18 mois à la tête de la Dgi, cest l’amour du travail bien fait.

Très satisfait d’avoir atteint et dépassé les assignations. Il partage cette satisfaction avec l’ensemble de son personnel qui l’a aidé à  les réaliser. Cela a été rendu possible grâce à la collaboration avec le ministre des finances Nicolas Kazadi.

Malgré les performances réalisées en un temps record, Barnabé Muakadi n’a pas manqué d’exprimer son regret. Il s’agit de n’avoir pas réussi à renverser la tendance de 20% de ceux qui payent l’impôt contre 80% de ceux qui ne le payent pas encore. Jusqu’à ce jour, ceux qui payent les impôts ne sont pas nombreux.  Cela est occasionné par le manque de la culture fiscale dans le chef des Congolais.

Barnabe Muakadi a déploré le fait que les Congolais sont les premiers à dénoncer l’inefficacité du gouvernement alors qu’eux-mêmes ne remplissent pas leur devoir fiscal. Et pourtant sans culture fiscale, le gouvernement ne sera pas en mesure de répondre aux préoccupations de sa population.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *