Rdc/Anser – Programme 145 territoires : Idesbald Chinamula, l’une de dernières cartouches du 1er mandat de Fatshi !

Le dernier virage du tout premier mandat de Félix Antoine Tshisekedi à la présidence de la République va se jouer au tour de deux grands programmes de développement. L’électrification des milieux ruraux et périurbains et le programme de développement de 145 territoires. Un jumelage s’impose. Ces deux programmes du grand espoir (dernières cartouches) sortis ex nihilo pour rencontrer les aspirations des populations principalement dans l’arrière pays. L’ Agence national des services énergétiques en milieu rural et périurbain « ANSER » a l’avantage d’être à l’œuvre.

Julien Ntabaza

L’Anser dispose en effet des études de faisabilité, cartographie, plans locaux, boussole et guide des projets d’électrification de 145 territoires. Il définie la politique nationale d’électrification et fixe la gouvernance du secteur de l’électricité en Rdc. Cela vient mettre fin à la cacophonie congolaise qui s’observe dans la réalisation des projets de développement antérieur. Il s’agit là d’un recueil des travaux de terrain bien documentés. Il dresse des plans locaux d’électrification des 145 territoires. C’est une réponse à la question de fourniture de l’énergie à travers le pays. Elle constitue donc une action d’électrification. Sa construction s’inscrit dans la perspective de planification détaillée à moyen, courte et à long terme. Les infrastructures devant être construites dans le présent programme des 145 territoires ont toutes les orientations des travaux de l’Anser volet électrification.

Il attend en outre démarrer les travaux des différents projets d’électrification prioritaires budgétisés pour l’exercice 2022.  64 projets seulement sur 200 attend 70 millions USD de l’allocation du budget national 2022 au titre des projets prioritaires pour lancer les travaux. Noter que 200 sont sur la table du directeur général Idesbald Chinamula. Le besoin de financement de ses 200 projets s’élève à 300 millions USD.

Signalons par ailleurs que les plans locaux d’Electrification sortent ex nihilo comme des politiques et solutions à la problématique d’investissements dans le secteur de l’électricité. Ils organisent pertinemment le secteur. Le Partenariat public – privé clairement définie. Les rôles des intervenants et les règles de jeu fixés.

Check – Up sur les travaux de l’Anser en provinces

Les travaux des experts de l’Anser réalisé dans les provinces (16/24) ont répertorié les endroits à électrifier mais également des sites de production des énergies renouvelable. Ainsi, ils repartissent le champ de travail d’électrification des milieux ruraux et périurbain intégrant le programme de développement des 145 territoires en pool. Trois pool sont dressés jusqu’ici. Il y a le pool du Grand Ouest  ( les périphéries de la ville province de Kinshasa, Kongo-Central, Kwilu, Kwango et Mayi-Ndombe), du Grand Kasai et du Grand Equateur ( la Mongala, l’Equateur, Tshuapa, Nord-Ubangi et Sud-Ubangi). La mission des experts a martelé la nécessité d’opérationnalisation du pool Grand Ouest.

La mission avait connu la participation de deux experts techniques de l’ANSER, accompagnés de 5 experts techniques du groupe chinois Huawei et du directeur de cabinet adjoint du ministre d’Etat, ministre en charge de l’Entreprenariat et de Petites et Moyennes Entreprises, monsieur Dannis Sumbu. Ils ont sillonné le territoire de Masi-manimba en quête d’un site pouvant abriter un projet pilote d’électrification par une centrale solaire d’une puissance énergétique variant entre 100 et 200 kWc. Le groupe Huawei s’est montré par ailleurs intéressé à développer une centrale hydroélectrique sur le site de la grande chute de Lipens dont la hauteur est d’environ 45 mètres pour un débit estimé à 50 mètres /cube la seconde.

Noter que le groupe Huawei  s’est engagé récemment avec l’ANSER dans le développement d’un partenariat autour des projets d’énergies renouvelables. Le groupe Huawei n’est plus à présenter. Il est présent en République Démocratique du Congo depuis 2006 avec ses nouvelles technologies de pointe.

Le ministère de l’Entreprenariat et Petites et Moyennes Entreprises, partie prenante à cette mission, à travers monsieur Dannis Sumbu également notable de la région, reconnait l’accès à l’énergie comme une condition préalable au développement de l’entreprenariat notamment des incubateurs.

Au bout de compte, cette mission a permis d’amorcer les études de préfaisabilité, socio-économiques ainsi que celles d’impacts environnementaux. C’est donc dans un futur proche que la planification va faire place à l’exécution effective du projet.

Dans le pool du Grand Kasai, les sites visés sont principalement les chutes de MBEMBI sur la rivière KASAI à la hauteur de MAI-MUNENE et LOVUA sur le cours d’eau du même nom à environ 40 km dans la ville de TSHIKAPA. Comme partout ailleurs, il est question ici de la récolte et de l’analyse des données.

Après son entretien avec l’équipe de l’ANSER,  le ministre provincial de l’énergie du Kasaï, monsieur Aaron Katshimu a énoncé devant la presse que l’ANSER accompagne le gouvernement dont l’objectif est de remonter le taux d’accès à l’électricité dans le Kasaï. Monsieur Damien Twambilangana placé à la tête de la coordination du Pool Grand Kasai satisfait et voit la possibilité d’ériger un barrage d’environ 5 MW sur la rivière Lovua. Ce qui soulagerait la population locale qui ont hâte de bénéficier des retombées d’un tel projet.

Concluant son exploration à MAI-MUNENE, l’ANSER y a déniché un potentiel immense avec la rivière Kasaï qui offre plusieurs chutes capables de générer une production de plus de 200MW. Il y a à coté de ses pittoresques chutes, de multiples sites réunissant les critères requis pour recevoir des centrales photovoltaïques.

L’Anser a passé au peigne fin le pool du Grand Equateur

Pendant plus de deux semaines, soit du 19 février au 09 mars 2022, les experts de l’ANSER ont sillonné le Pool du Grand Equateur en vue d’en activer l’opérationnalisation tout en poursuivant la planification stratégique en lien avec le programme de développement à la base de 145 territoires de la RDC.

Pour le besoin de l’électrification du Congo rural, l’ANSER mise sur une approche décentralisée nécessitant sa présence au cœur des entités territoriales décentralisées et au niveau provincial. Avec l’opérationnalisation du Pool Grand Equateur qui compte la Mongala, l’Equateur, Tshuapa, Nord-Ubangi et Sud-Ubangi, l’ANSER étend désormais sa présence sur près de 75% du territoire national.

Parties de Kinshasa, le 19 février, les caravanes d’électrifications de l’Anser ont à tour de rôle sillonné Mbandaka, Bikoro, Boende, Bokungu, Gbadolite, Mobayi Mbongo, Businga, Karawa, Gemena, Libenge-Zongo, Budjala, Lisala. Accompagnés des techniciens des entreprises Solektra Mali Sarl et ceux d’Equatorial Power, deux entreprises liées à l’ANSER par des protocoles d’accord, l’autre enjeu de cette mission était d’explorer les possibilités d’installation d’éclairage public avec des aires de jeux et d’électrification des ménages avec aménagements des chaines de froid dans des zones dévolues à la pêcherie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *