Rdc/Entreprises – FPI : Bertin Mudimu Tshisekedi pose le tempo de son action !

Bertin Mudimu Tshisekedi imprime des nouvelles marques au fonds de promotion de l’industrie « FPI ». Une méthodologie de travail et un management responsable visant le respect de la procédure, suivi et contrôle des détails avant tout financement. C’est ce qui explique très exactement son déplacement de Lubumbashi dans le haut katanga vers la Société Backs and sacks Katanga (l’ancienne Mak industrie).

Les décideurs 

Le directeur général du fonds de promotion de l’industrie, Bertin Mudimu tourne la page sombre de l’histoire de financement des projets dans cette entreprise.  Résolument engagé dans le changement de narratif. Fini la récréation, c’est à dire fini le financement des projets qui n’ont ni têtes ni queues. En d’autres mots des projets inexistants et complaisants qui se faisaient autres fois.
La société ex – Mak industrie a vu sa demande de financement passer au peigne fin. Bertin Mudimu s’est même déplacer pour palper de son doigt le besoin exprimé par cette entreprise. Il est allé personnellement visité les installations (machine) de cette entreprise aux fins de répondre à la sollicitation.
Noter que la société Mak industrie était tombé en faillite. Elle avait une longue période d’inactivité avant d’être vendu par la suite. C’est devenue actuellement Bags ans sacs (unité industrielle spécialisée dans la production des emballages biodégradable et recyclables) grâce à la facilitation de FPI. Ce dernier avait déjà financé en 2010 deux projets de Mak industrie qui faisait la fabrication des emballages pour le transport des produits miniers. La relance de cette entreprise exige donc beaucoup des moyens. Il s’agira de renouveler les matériels (mettre en place des nouveaux ateliers, les équipés) et de réhabiliter des bâtiments existants.
Signalons par ailleurs que cette entreprise mène déjà ses activités à kimpese dans le territoire de Songololo au Kongo Central. Elle veut en outre-mer produire localement des emballages destinés au transport des minerais et servir en même temps les emballages pour les cimentiers et agriculteurs de l’espace grand Katanga.

A en croire le promoteur Hussein Ladha, l‘opération d’acquisition est déjà terminée, nous sommes dans la phase d’implémentation du plan de réinvestissement et de réhabilitation des bâtiments existants. Et nous avons déjà placé des commandes pour des nouveaux marchés qui vont arriver d’ici 6 mois. Nous n’avons pas beaucoup des temps pour commencer des démarches de construction et de réhabilitation de connexion de la ligne électrique pour se préparer avant l’arrivée des machines. Nous espérons tout terminer ce mois-ci et avoir les premières productions au mois de mai prochain.

La religion de Bertin Mudimu a été éclairé. La capacité globale annuelle de l’usine à installer fait une projection de 36 millions de sac vides de ciments, 12 millions de sacs vides pour les produits agricoles et 2 millions de Big Bags pour les miniers. Elle compte créer au plan socio-économique environ 400 emplois directs en plus des économies des devises et de l’élargissement de l’assiettes fiscale qui en découleront.

 » Il était question que nous venons ici à Lubumbashi pour voir de nos propres yeux la proposition nous faites par Bags and Sacs de récupérer une autre société Mak industrie qui a des difficultés. Mais il faut le placer dans le cadre d’une politique de rationalisation afin de pouvoir améliorer la production au niveau de Lubumbashi.  Vous savez qu’à Lubumbashi, il y’a beaucoup des miniers et des cimentiers également qui ont besoin d’emballages des sacs pour le transport de leurs différents produits. Et l’achat de ces emballages à l’étranger entraîne des sorties énormes à l’étranger en termes des devises en dollars. Ces sont des montants importants qui sont exportés. Maintenant avec la politique d’intégration de Mak par Bags and Sacs, il n’y aura plus des sorties des devises. Nous allons produire sur place et les miniers pourront acheter des emballages produits sur place. Il y aura comme incidence des économies que nous allons réaliser en termes des devises mais aussi la création d’emplois par l’utilisation d’une main d’œuvre locale, impôts et les taxes payés vont améliorer le budget de l’état. Les avantages sont certains que nous envisageons sincèrement de réaliser cet investissement dans le meilleur un délai. (Bertin Mudimu Tshisekedi) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *