Rdc/Politique minière – cadre national de concertation des parties prenantes du secteur minier : Sama Lukonde convoque les travaux !

Le Premier Ministre Jean-Miche de la République démocratique du Congo, Sama lukonde, a convoqué, jeudi 20 avril courant, au salon rouge du fleuve Congo hôtel, la réunion du Cadre national de concertation des parties prenantes du secteur minier. C’est une première. Cela ouvre la série des réunions qui doivent avoir lieu. Un seul objectif, réorganiser le secteur et permettre aux miniers de tirer des profits et de s’acquitter des obligations légales.

Julien Ntabaza 

C’est au nom du président de la République que le Premier Ministre,  Jean-Michel Sama lukonde a prit présidé la première réunion du Cadre national de concertation des parties prenantes du secteur minier placé sous le thème: « réfléchir sur la modernisation de l’exploitation minière artisanale en Rdc « .

Ce Forum en effet,  réunit plus de 150 participants. Ils sont invités à discuter et réfléchir sur les défis de la modernisation de l’exploitation minière artisanale en Rdc.

Noter que la coordination et le secrétariat des travaux de ces assises est assuré par le Conseil présidentiel de veille stratégique « CPVS ». Ce dernier  indique que cette rencontre entend instaurer un dialogue permanent et entre acteurs impliqués dans la gestion des secteurs extractifs, pétrolier et minier.

Signalons par ailleurs que le Programme d’action du gouvernement 2021-2023 sur son 5 pilier s’engage d’améliorer la gouvernance des ressources naturelles pour réaliser le bien-être des populations.

Dans son speech, le premier ministre Jean Michel Sama Lukonde dit être honoré de présider l’ouverture de la première réunion du Cadre national de concertation des parties prenantes du secteur minier. Il remercie les uns et les autres d’avoir répondu positivement à cette invitation.

Il souligne que les présentes assises tirent son origine de la volonté de son excellence Monsieur le Président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo, Chef de l’État, que je représente ici. Volonté tant de fois exprimée d’assainir le secteur minier en particulier, et le secteur extratif en général afin de promouvoir, à travers des principes consciencieux, édictés, une culture de  transparence et de redevabilité tout en veillant à garantir la récupération et la restitution au patrimoine commun des ressources et de leur fruit qui font l’objet des litiges avec les étrangers. Cette vision comme cela a été rappelé ici, par le pilier 5 du programme d’action du gouvernement 2021-2023, consacre spécialement l’amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles, les entreprises publiques du secteur de portefeuille et des finances de l’État, nécessite un suivi assidu et concerté. Le Président de la République, Chef de l’État, a tenu à ce qu’un cadre idoine d’échange puisse voir le jour, sous la coordination du conseil présidentiel de veille stratégique, service spécialisé au sein de la présidence de la République.

En outre, Jean Michel Sama Lukonde est  revenu sur la situation sécuritaire qui persiste dans la partie orientale de notre territoire national où le pays est victime d’une guerre d’agression infligée par le Rwanda sous couvert du M23 notamment par convoitise de nos ressources.

 » Comme vous le savez, les ressources minérales dont regorgent notre sous sol, en particulier le cobalt, le coltan, le germanium , le cuivre, le lithium, le manganèse, le nickel ou encore le graphite, pour ne citer que ceux-ci, font l’objet d’une très forte demande et de convoitise en raison de leur centralité dans la transition énergétique et numérique dans laquelle l’humanité tout entière est ambarquée aujourd’hui. » a déclaré Sama Lukonde.

Il a un fine insisté sur la nécessité de veiller au contrôle et à la transparence des chaînes d’approvisionnement de ces métaux à travers le pays.

 » Bien que cela puisse constituer un motif de fierté, la position de leader mondial dans la production de ces métaux doit impérativement nous interpeller dans la nécessité de renforcer le contrôle et la transparence sur toute l’étendue des chaînes d’approvisionnement des dites ressources au moyen non seulement du code minier et du règlement minier en vigueur, mais aussi par l’observance et la mise en œuvre du devoir de diligence imposé par le guide de l’Organisation du Commerce et de développement économique, OCDE, en sigle.  Je veux rappeler ici que, c’est uniquement par la rigueur de la cohésion, résultat de la conjugaison de nos efforts, que nous parviendrons à réaliser cet objectif d’assainir notre secteur extratif dans son ensemble. C’est pourquoi, sous l’impulsion du Président de la République, son excellence Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Gouvernement a pris sans aucune réserve la mise en place de ce cadre national de concertation. Pour autant qu’il permette de fédérer les contributions, les meilleures de tout un chacun, en vue d’atteindre les objectifs de transparence assignés à cette noble initiative (Jean Michel Sama Lukonde).

Ce forum a connu sous la direction  de la ministre des Mines, Antoinette N’Samba Kalambayi (qui,  dans son allocution, a soulevé les différents défis à relever dans l’exploitation minière artisanale en Rdc que) la participation du Coordonnateur du Conseil présidentiel de veille stratégique, des principaux opérateurs miniers de la Rdc, des services publics et spécialisés de l’État, des entités territoriales décentralisées « ETD », des organisations de la Société civile ainsi que des partenaires techniques et financiers du Gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *