Coopération/Rdc – BM : Sama Lukonde en tête à tête avec Victoria Kwakwa !

Le Premier Ministre de la République démocratique du Congo, Jean-Michel Sama Lukonde, a eu, lundi 19 juin dernier, une séance de travail avec la vice-présidente de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Est et australe, Victoria Kwakwa autour du partenariat entre la Rdc et la Banque mondiale.

La rédaction 

Il s’agissait en effet de relancer le partenariat entre la Rdc et les institutions de Breton Woods en vue non seulement de renforcer mais aussi de booster l’économie de la République démocratique du Congo.

Il faut signaler que la Banque mondiale, dans le cadre de son programme IDA 20, a alloué au développement de la Rdc un portefeuille de 9 milliards de dollars américains. Pour en bénéficier pleinement, la Rdc doit accélérer la mise en œuvre des projets pour lesquels ils ont été alloués, notamment le financement de la gratuité de l’enseignement. Si Kinshasa ne parvient pas à les absorber endéans cette période, d’autres pays demandeurs peuvent en bénéficier au grand dam de la Rdc. C’est pourquoi, Jean Michel Sama Lukonde a tenu à en parler avec la Représentante de la Banque mondiale, en séjour à Kinshasa.

A en croire la représentante de la Banque Mondiale, Victoria Kwakwa, les discussions avec la partie congolaise apporté sur le renforcement du partenariat entre la BM et la Rdc. Il y a eu premièrement les discussions avec le Premier Ministre puis élargie à  quelques membres du Gouvernement. Pour voir comment, ensemble, pousser davantage, être plus efficace, et avoir beaucoup plus de résultats dans le développement du pays, à travers les projets sur lesquels nous travaillons ensemble.

Cette haute fonctionnaire de la Banque mondiale a souligné qu’environ 5 milliards de dollars de ce portefeuille restent encore à décaisser pendant que la période court vite.

« Le portefeuille, ce sont les engagements de la Banque mondiale dans le cadre de IDA 20. La Rdc doit les absorber dans des projets avant la fin de la session IDA pour en bénéficier. Dépasser cette période, d’autres pays pourront les réclamer. C’est pourquoi, madame la vice-présidente insiste sur la mise en œuvre efficace et rapide des projets pour atteindre les résultats les plus importants. Sinon, la Rdc peut perdre ces ressources au profit d’autres pays demandeurs. Il est question que la Rdc accélère la mise en œuvre des projets pour lesquels ces ressources ont été alloués, notamment le financement de la gratuité de l’enseignement. La banque mondiale souhaite que la Rdc accélère la mise en œuvre de ces projets avant que les autres pays qui sont demandeurs de ces fonds et qui exécutent plus vite, ne les réclament », a déclaré le Représentant pays de la BM, qui complétait la Vice-présidente.

Signalons que l’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des plus démunis avait été créée en 1960.

L’IDA est l’une des principales sources d’aide pour les 74 pays les plus pauvres du monde, dont 39 se trouvent en Afrique. Ses ressources bénéficient concrètement à 1,3 milliard de personnes. Depuis sa création, l’IDA a mobilisé 496 milliards de dollars en direction de 114 pays. Sur les exercices 2020-22, le volume moyen de ses engagements annuels s’établit autour de 34,7 milliards de dollars, dont 70 % sont destinés en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *