Rdc/Politique – Assassinat de chérubin Okende : Sama tourne le regard du gouvernement vers une enquête pluridisciplinaire !

Le Premier Ministre de la République démocratique du Congo, Jean-Michel Sama Lukonde, a réuni, en urgence, juste après la nouvelle sur l’assassinat de l’ancien ministre chérubin Okende, les responsables des services de sécurité et renseignements ainsi que quelques membres du Gouvernement en conseil de sécurité afin de tabler sur cette question.

La rédaction 

Il ressort de cette réunion des annonces dont principalement l’ouverture d’une enquête pluridisciplinaire pour élucider les circonstances de cet acte ignoble.

Le Ministre des Droits humains,  le ministre de la Communication et Médias, le vice-ministre de l’Intérieur, le Commandant de la 14ᵉ région militaire, le général de Brigade Stazin Kazimu, l’administrateur de l’ANR, le DG de la DGM, le Commissaire général adjoint de la PNC en charge des opérations, le Commissaire provincial de la PNC ont participé à cette réunion. Et en tant que personne ressource sont automatiquement mise à contribution dans la recherche de faire la lumière sur cette affaire.

Le Ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya laisse entendre que :  » Nous sommes tous sous le choc, le Président de la République en premier, le Premier Ministre et nous tous membres du Gouvernement, y compris toutes les autorités réunies ici. Sûrement toute la communauté congolaise de voir cet acte ignoble posé contre l’un de nos collègues, il y a quelques mois, à savoir l’honorable Chérubin Okende Senga. Le Premier Ministre a voulu réunir très rapidement tous les responsables des services de sécurité pour faire le point de la situation. Au-delà du message de condamnation et de condoléance qui a été fait, parce qu’il faut faire diligence pour qu’une enquête minutieuse puisse être faite. Dans cet ordre d’idées, il y a une enquête préliminaire qui a déjà commencé au niveau de la police nationale. Mais, il a été convenu, au niveau de cette réunion, que ça sera une commission d’enquête plus large qui impliquera tous les services. Nous avons convenu que nous allons associer à cette enquête des services étrangers des pays amis pour qu’en toute transparence et très rapidement, nous puissions faire la lumière sur ce crime odieux qui arrive dans un contexte où nous étions déjà sous vigilance. Vous avez vu que la semaine dernière, il y a eu des bouclages qui ont été faits notamment dans la commune de Bandal. Vous avez vu qu’il y a quelques jours, nous avons fait une communication avec le Ministre de l’Intérieur et le Ministre de la Santé. En effet, il y a visiblement une volonté de semer la psychose lorsqu’on parle de kidnapping ou de trafic d’organes. Nous étions déjà en alerte et les services ont redoublé davantage de vigilance. Il y aura des mesures qui seront annoncées par la police, toujours dans ce cas parce qu’il est hors de question de plonger la ville de Kinshasa dans une quelconque forme de psychose, alors que nous sommes à la veille d’un événement attendu mondialement, à savoir les jeux de la francophonie. Nous avons les élections en fin d’année qui vont arriver. Nous tenons donc à ces engagements et nous allons travailler pour nous assurer que la sécurité est tenue à Kinshasa comme dans tout le pays ». Et de poursuivre qu’en rapport aux spéculations qui sont faites sur les circonstances de ce crime contre un acteur politique de premier plan, de surcroît député national, le porte-parole du Gouvernement se garde de tirer précipitamment une quelconque conclusion et s’en remet aux enquêtes qui s’ouvrent.

 » Écoutez, nous, nous sommes le Gouvernement. Il ne serait pas de bon aloi, c’est aujourd’hui que notre collègue est décédé. L’heure est plutôt au recueillement. C’est dans cet ordre d’ailleurs que le Président de la République a annulé une visite qu’il devait faire sur le terrain. Et, le Premier Ministre a réduit au maximum les activités qu’il devait avoir ce jour. Parce qu’il faut observer une pensée pieuse pour celui qui a été des nôtres. On peut diverger sur le plan de la politique, mais ici, il s’agit d’une vie humaine. C’est aussi le lieu d’interpeller les uns et les autres que ce n’est pas le moment de venir vouloir faire de spéculations. C’est un homme politique, évidemment qui est décédé. Il y aura évidemment des implications politiques, on le comprend. Mais c’est prématuré de vouloir aujourd’hui commencer à se positionner, à faire des déclarations, alors qu’il y a une enquête qui a commencé au niveau de la police et, il y a une enquête pluridisciplinaire qui va commencer, que nous voulons transparente que nous voulons ouvrir à des services étrangers parce qu’il est question d’établir tous les faits. Peut-être faudrait-il attendre la fin de l’enquête pour aller dans ces différentes conclusions. Nous, nous sommes Gouvernement. Nous allons travailler à rassurer nos populations sur les mesures que nous prenons pour les sécuriser. Les autres font la politique, mais nous, nous veillons sur le pays » (Patrick Muyaya).

Noter que Chérubin Okende avait été élu député national dans la circonscription de la Lukunga dans la ville de Kinshasa aux élections législatives du décembre 2018.  Il fera son entré dans le gouvernement de l’Union sacrée trois ans plus tard soit en avril 2021. Il lui avait été confié le Ministère des Transports, voies de Communication et de Désenclavement dans le Gouvernement Sama 1, dont il a démissionné. Il est resté porte-parole d’Ensemble pour la République, parti d’opposition cher à Moïse Katumbi jusqu’à sa mort, ce jeudi 13 juillet  2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *