Rdc/Politique – élections 2023 : Fatshi remporte l’élection présidentielle avec 73, 34 pourcent des voix !

La commission électorale nationale indépendante « Ceni », a proclamé, dimanche 31 décembre, les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 20 décembre 2023. Félix Tshisekedi remporte ce scrutin avec 13.215.366 voix soit, 73,34℅ des voix. Le président sortant est réélu pour un second mandat. Pour cette élection présidentielle, la CENI avait enregistré 26 candidats.

La Rédaction 

Beaucoup sont appelés mais peu sont élus, dit – on. C’est exactement ce qui s’est passé à la course pour le fauteuil présidentiel du 20 décembre dernier. 26 candidats se bousculaient au portillon. Seul le candidat président sortant qui a réussi avec brio et d’une plus grande distinction à se faire réélire pour un second mandat.

En effet, il partait déjà favori à ces élections. Sa plateforme électorale l’union sacrée de la nation et de sa casquette du président sortant ont été d’une grande contribution à cette réélection. Grâce à cette position, il a été finalement le seul candidat à avoir parcouru l’ensemble du territoire national. Sa stratégie prônait la défense de l’intégrité territoriale. A côté de cette stratégie, il y a mis sa fameuse théorie de déboulonnage de l’agresseur (Rwanda) derrière les mouvements de rébellion (M23 et autres) sur le sol congolais en complicité avec des congolais et de l’infiltration rwandaise dans  les services de sécurité et défense. C’est fût un grand coup de maitre. Bien que le bilan laissé à désirer mais il a su joué à son nationalisme tout en appelant les uns et autres de faire attention aux candidats de l’étranger. C’est ici le lieu d’évoquer la proposition de la loi de père et de mère dit loi Tshiani. Cette proposition de loi bien que n’étant pas adopté mais a bouleversé les données et joué en sa faveur de Félix Antoine Tshisekedi comme fils né du père congolais et de mère.

Signalons par ailleurs que l’opposition rejette ces résultats et appel la population à appliquer l’article 64 de la constitution afin de faire échec à cet hold up électoral.

Il ne reste plus qu’à la cour constitutionnelle de confirmer ces résultats conformément à la loi et à la constitution de la République pour permettre à l’heureux élu sa légitimité et de poursuivre le travail.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *