Rdc/Société & environnement : Le gouvernement s’apprête au recyclage des déchets de Kinshasa !

Le gouvernement de la République démocratique du Congo à travers son ministère de l’industrie met en place un projet de recyclage et valorisation des déchets à Kinshasa. Ce, pour palier aux problèmes d’insalubrités causé par ces déchets. Le démarrage de ce projet à Kinshasa est renvoyé au mois de février.

Les décideurs/CM 

A en croire le directeur de cabinet du ministre de l’industrie à la sortie de la réunion stratégique de la Task force, mise en place dans le cadre du projet de recyclage et valorisation des déchets à Kinshasa, , monsieur Jean-Dieudonné Kavese, le lancement de ce projet avait connu un petit retard par rapport aux élections.

 » il nous avait été demandé dans le trois mois, après avoir signé le contrat de démarrer l’étude de faisabilité de gestion intégrée des déchets dans la ville de Kinshasa, qu’on puisse déjà commencer les travaux », a déclaré M. Jean-Dieudonné Kavese.

Et d’ajouter : « maintenant que nous reprenons les activités, nous pensons que d’ici février les batteries seront en marche pour que nous démarrions avec la collecte des déchets ».

Il faut indiquer que, le ministre de l’industrie Julien Paluku a demandé la reprise du travail.

Le directeur de cabinet laisse entendre que le recyclage des déchets est l’une des priorités urgentes du ministère de l’Industrie.

Le briefing avec la Task force en passant en revue les différents projets que nous avons réussi dont celui de l’entreprise Yetu montre clairement la détermination et l’engagement du ministère à matérialiser ce projet.

« Pour aujourd’hui, nous avons continué les réflexions afin que nous puissions non seulement préparer une restitution, mais aussi parce que le ministre a demandé à ce que nous fassions une note qu’il va présenter au gouvernement pour qu’il donne la suite aux travaux de ce projet pilote que nous avons commencés avec l’hôtel de ville de Kinshasa » (M. Kavese).

Noter que le travail demandé au ministère vise non seulement la ville de Kinshasa, mais de recycler les déchets à travers l’ensemble du pays. Le ministère associe le Fond de garantie de l’Entrepreneuriat au Congo (FOGEC) dans cette dynamique. Un contrat de partenariat avait été même signé.

Le FOGEC et ministère de l’industrie sont déjà à pied d’œuvre. Ils mènent des études et a besoin de plus de financement des études. Et le Fond de promotion pour l’Industrie (FPI) est invité à les appuyer afin de réussir son combat.

Le directeur des opérations des entreprises YETU monsieur  Christian Fikilini, a en outre, rejoint ce projet dans son volet collecte. Il signale que, désormais, les nouvelles technologies seront mises à contribution dans la mise en œuvre du projet de recyclage et valorisation des déchets dans la capitale congolaise pour son maintien en état d’assainissement permanent en commençant par la collecte au niveau de la base.

« Nous avons mis une nouvelle technologie en matière des poubelles »(Monsieur Christian Fikilini).

Et de marteler que, c’est une nouveauté qui vient d’être introduite au niveau du pays. Cela va permettre à ce que les déchets soient bien gardés pour éviter toutes sortes de débordement sans pour autant toucher la beauté de la ville.

Les engins dont des Hydro-cureurs, des waters Masters, des transplanteurs et des pulvérisateurs sont des matériels associés à la nouvelle démarche ou approche d’assainissement.

Les nouvelles technologies augurent la mise en œuvre de l’économie circulaire en RDC

Le directeur général de l’Organisation pour la gestion de l’environnement au Congo (OGEC), M. Francis Useni, membre de la Task force fait savoir que ces nouvelles technologies dans la collecte des déchets est un signe de la mise en œuvre de l’économie circulaire dans la gestion intégrée des déchets dans la ville de Kinshasa.

« Les parties prenantes sont déjà avancées avec le gouvernement après avoir signé le contrat pour démarrer l’étude de faisabilité de gestion intégrée de déchets dans le ville de Kinshasa » (M. Useni).

Il a lancé un appel envers tous ceux qui ont des projets sur lesquels ils ont déjà réfléchi ou ils ont des avancées assez significatives, pour qu’ils puissent créer une synergie, la ville de Kinshasa étant très grande et d’autant plus que la question concernant la gestion des déchets aujourd’hui a une certaine complexité.

« Nous voulons avoir des différents partenaires tant publics que privés afin d’attaquer le projet, nous mettre au travail parce que l’heure n’est plus aux discours, notre sujet est assez sérieux, donc nous devons aussi nous y prendre avec toutes les stratégies que nous pouvons mettre en place avec le ministère de l’Industrie pour que nous puissions à très court terme arriver à des résultats escomptés » , a- t-il martelé.

Pour M. Francis Useni, au vu de ce qui s’est dit dans la réunion, et du programme du travail en perspective assorti des études de faisabilité, il est possible que ce projet démarre en février prochain, eu égard à ce qui est en train d’être planifié.

« Vu tout ce qui est déjà en train de se planifier, nous pensons que d’ici fin février, nous pouvons déjà commencer à mettre en place un programme de travail qui, au-delà des études de faisabilité que nous avons fait, nous sommes capables de commencer un travail opérationnel sur terrain qui renforce un peu les capacités à la fois des communes, des chefs des quartiers et aussi qu’il soit visible dans le cadre de la mission assignée au ministre de l’Industrie », a-t-il déclaré.

Ce projet de collecte et d’évacuation des déchets dans la ville de Kinshasa va démarrer par le district de la Funa qui compte sept communes, avant de s’étendre sur l’ensemble de la capitale.

La ville de Kinshasa a disponibilisé au profit de la société chargée de ce travail le garage du ministère des infrastructures située sur la 1ère Rue Limete avec un hangar principal comportant trois parties pour l’administration, la technique, l’atelier avec une salle de tôlerie et une autre de peinture ainsi que la loge des travailleurs, le tout sur une surface de 2214, 72 m2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *